Le maire Fabrice Jacob, Céline Sénéchal (adjointe à la communication et à la citoyenneté), Eric Pelon (service sport et vie associative), Charlène Odin, Sylvie Beautour, Philippe Jaffres (adjoint aux sports et à la vie associative) et Céline Odin.

Mairie

Karaté : Charlène Odin portera les couleurs de la ville aux championnats du monde

Charlène Odin, sélectionnée dans l'équipe de France de karaté, s'envole en fin de semaine pour Dubaï et les championnats du monde. Fabrice Jacob, maire de Guipavas, lui a remis un sweat portant le logo de la ville de Guipavas.

Publié le

Championne d’Europe de para-karaté en 2019 à Gualajera en Espagne, Charlène souffre depuis l’âge de six mois du syndrome de West (une forme rare d’épilepsie). Elle a terminé quatrième au dernier championnat du monde et visera cette année la plus haute marche du podium aux championnats du monde de karaté, à Dubaï, du 16 au 21 novembre (27 athlètes français sélectionnés en individuel, combat équipe, kata équipe, para-karaté). Charlène a intégré l'équipe de France en 2018.

 

Remise d'un sweat-shirt

Fabrice Jacob, maire de Guipavas, souhaitait profiter de cet événement pour la féliciter et l'encourager en lui remettant symboliquement un sweat-shirt aux couleurs de la Ville et de son club. Sweat qu’elle emportera avec elle à Dubaï et qu’elle portera durant les championnats.  

 

Entraînement au karaté club de Guipavas

Charlène suit un entrainement quotidien au karaté club de Guipavas avec Sylvie Beautour, lors de cours en commun avec les autres adhérents et de cours individuels spécifiques à la compétition. Elle poursuit son entraînement avec sa sœur Céline Odin, professeur également de karaté à Brest et Ahmed Zemouri lors de stage en équipe de France.

En compétition, elle doit mimer un combat contre plusieurs adversaires virtuels en exécutant des enchaînements de techniques codifiées dans des directions différentes. La recherche de la perfection dans la technique, mais également l'engagement mental, rendant les techniques sincères et convaincantes, rendent la pratique des Katas très exigeante. C’est un effort de mémorisation, d’endurance, de gestion de l’équilibre, de repère dans l’espace et de concentration.

La période des confinements a été très difficile pour elle (déception de l'annulation des championnats d'Europe 2020, isolement, pas d'entrainement à la salle), elle s'est beaucoup entrainée à domicile avec sa sœur Céline qui la suit également sur chaque compétition et elle arrive maintenant dans de bonnes dispositions pour performer à Dubaï.