Covid-19

Les plages sont interdites d’accès

Dans le cadre des mesures de lutte contre l'épidémie de coronavirus, la ville de Guipavas applique l’arrêté préfectoral interdisant l’accès aux plages du littoral (…) et aux sentiers littoraux.

Publié le

Article mis à jour le 1er avril.

Dans son communiqué, la préfecture annonce avoir « décidé d’interdire l’accès aux plages du littoral et des plans d’eau intérieurs, aux espaces de stationnement les desservant et aux sentiers littoraux, ainsi que, de manière générale, la pratique des activités balnéaires et nautiques depuis ces espaces à compter du 19 mars 2020 jusqu’au 31 mars 2020 dans l’ensemble des communes du département du Finistère. »

Les plages du Moulin Blanc et de Pen an Traon sont donc interdites d’accès aux promeneurs et aux amateurs d’activités nautiques. Des barrières mentionnant l’arrêté ont été installées sur chacune des plages de la commune.

Retrouvez l’arrêté de la préfecture par ici.

 

Restriction des usages de la plaisance et des sports nautiques

En complément, le pôle littoral et affaires maritimes  apporte les précisions suivantes par rapport à la restriction des usages de la plaisance et des sports nautiques :

Les mesures décidées et annoncées le 16 mars par le Président de la République ont été juridiquement traduites par le décret n°2020-260 du 16 mars 2020 "portant réglementation des déplacements dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus Covid-19".

Afin de prévenir la propagation du virus et de protéger la population, ce décret interdit jusqu’au 31 mars 2020 le déplacement de toute personne hors de son domicile à l’exception de 5 motifs limitativement énumérés et en évitant tout regroupement de personnes.

En mer, la problématique n’est pas différente et le champ d’application de ce texte à portée générale doit être compris comme couvrant également les activités maritimes et littorales de plaisance et de loisirs nautiques dans leur acception large, qu’elles soient pratiquées en groupes ou en isolé, encadrées ou non.
Aucune de cinq exceptions figurant dans le corps du texte ne justifie la pratique de quelque activité nautique que ce soit ; aucune de ces activités ne peut constituer un déplacement bref en dehors du domicile. Certaines de ces activités nautiques font par ailleurs peser sur les services de secours et les structures médicales une charge incompatible avec leur situation actuelle. Ainsi et sans êtres exhaustives, les pratiques liées au nautisme, aux sports de glisse, à la plongée sous toutes ses formes sont à proscrire particulièrement tant que la situation prévue par le décret sera en vigueur.

Les contrevenants s’exposent aux sanctions prévues par le décret. La gendarmerie maritime est chargé de veiller à la bonne application de ces règles temporaires et n’hésitera pas à verbaliser les contrevenants.